NO DUST / PAS DE POUSSIERE

Translated by Benoît Durandin / french version

From the catalog of Michaël Sellam “Science, fiction, culture, capital” / 2014

SMOKE

If all things turned into smoke, it’s with our nostrils that we would know them.1

A12 The black hole had an average size, with a diameter of around 4 kilometers, its mass was unusually high, this is what made us track it. Its reddish color indicated that it had reached maturity.

A17 When it got closer, to avoid being sucked in, we set up a gravity reversal procedure (T.N.: what follows seems to be the description of a complex procedure that makes no sense when translated). The black hole soon collapsed. The procedure, although it was dangerous, was adapted; it worked perfectly.

A24 Black holes are a blessing for archeologists (T.N.: literally, “those who inhale dust”, the rest of the text indicates that the term “archeologist” is more appropriate).

A37 It was an entire solar system that got swallowed up into this black hole. All the energies that were in this solar system when it got sucked in are now prisoners inside the black hole in the form of electric charges. They are in movement around its center. There is no dust; only electromagnetic fields.

A39 For now, no one on board knows that I am a volunteer for the breathing procedure, except for little membrane (T.N.: a nickname, probably. The translation of this section is disputed, seeing as it is the text’s first personal note).

A45 The energies remain in the shape of fossil radiations. The smallest energies, which are actually the most abundant, generate lots of interfering noise. We have already collected 10567 filaments. A first sorting is done between the different energies. Then, they will be put through a big magnetic funnel (T.N.: name of a tool or machine) that will reorganize them.

A48 The energies are being irreversibly transformed into odors (T.N.: we cannot guarantee that these are “odors” as we know them per se, but all the translations lead to the same idea: scent, perfume, emanation) in accordance with the Absurd-Noise method (T.N.: literally, maybe two names side by side).

E1

VENTILATION

It is like trying to summon the smell of roses in a cellar. You may see a rose, but never scent it.2

B12 If I was able to volunteer to be part of this mission, it is thanks to the abnormal development of my fossil gills. This hypertrophy concerns an extremely small portion of the W (T.N.: untranslatable, probably the name of the intelligent species to which the narrator belongs), which made me a natural candidate; I cannot take much credit for it. If I had not volunteered, I would have been appointed for the task anyway, because of my singularity.

B14 The procedure that I will undergo is not without risk, it is very likely that a part of it will have long lasting effects. I don’t know why this does not worry me, I could lose my (incomprehensible) in the process. I think that everything I have ever imagined and built around this shameful difference (T.N.: his hypertrophy, probably) has always been just a way to find causes for my unease. And in a fiercely ironic way, it is maybe what will now allow me to bring down all these stupid theories about our origins. I see it as the possibility to get revenge on all these (incomprehensible) and punish them for their (incomprehensible). My deformity has become the tool of my (incomprehensible).

B19 The sorting made according to the Absurd-Noise method is done; 127k exhalation packets are ready. In two cycles, I will be able to start inhaling them. I have been regularly breathing artefacts for some time so my synapses open up and the risks of rejection are limited. The M (T.N.: maybe doctor or scientist) is treating me now. From now on, I can only communicate with him.

B20 I sniffed my first dose. At first, I felt nothing. The scanners, however, indicated that the reaction of my mucus membrane was immediate, they dilated several times regularly without me feeling the pain. The neurons that were used started creating connections between each other.

B24 I have now identified what concerns us: interfering odors. They seemed to concentrate mainly on three planets of this solar system as it was being sucked in. Many odors I perceive indicate there is a lot of activity. No doubt their origin is artificial and they were created by intelligences, even though they seem to be average.

B84 I am starting to detect objects. For some, the succession of neuronal operations, of energy transfer and of molecular transformation required for their production simply seems miraculous. It is hard for me to understand such hesitation. I think about rituals or games.

E2

EXHALATION

Astronauts usually prefer spicy food because, in the absence of gravity, scents no longer go up to the mucus membranes of the nose and the sense of taste largely disappears.3

Γ63 L jokingly tells me that I may well have sniffed my ancestors. The idiot does not know that he may well be right. Under cover of research on fossil fuels, it is indeed the origins of our fossil materiality that we are looking for. Only the scientific team has been informed of this for the moment. Y and Z will be told once the protocol is launched. The W advocate the idea that our origins are immaterial and that our earthly body was only developed later on. And seeing that this had been established as a (T.N.: maybe a dogma or an abiding belief), we could not reveal the real aim of this mission without seeing it forbidden.

Γ67 The greater the doses, the more tired I feel. I don’t think the tiredness is caused by the sniffing, but rather because of the remembering process and the constant combinations I have to do to put these odors together. The combinations seem endless. While some do not remind me of anything, others seem more familiar. What puts me off the most is their stench; I cannot get used to it.

Γ68 I have now been sniffing exhalations for 32 cycles. X is doing formal translations of the odors I manage to identify or think I can identify. Movements, shapes, physical forces, matter transformations keep on materializing in my membrane (T.N.: maybe his physical entity). I no longer understand what we are looking for, the task seems impossible. How could we recreate even just an extremely small portion of these trajectories? X thinks he can detect blends of carbohydrates, enzymes, neurons (T.N.: pictures of molecules enabled us to translate these words with certainty). I don’t know what to think about it. I fear I might have been wrong. The process relies so much on what I think I recognize or, worse still, what I might want to recognize.

Γ87 Because of the repeated doses, my mucus membranes first became painful, before systematically clogging up further with each session. I am going to have artificially-washing nanoparticles implanted, and if this is not enough, olfactory neurons will be synthesized and poured in steady flows on the mucus membranes to force renewal. Eventually, my mucus membrane could only be a blend of clinically-dead cells artificially maintained in activity.

Γ94 My mucus membranes can now bear 18,000 distension per nanosecond.

Γ103 I can now feel the energies through the odors. What troubles me is the absence of any apparent ending, the indefinite repetition of the same cycles. I cannot understand them at all. I am spending entire sessions inhaling phenomenal quantities of odors.

Γ107 It has been several cycles since I last registered the project’s progress. It is at a standstill. Each odor has been cloned, up to 12 times for those that seemed the richest. It appears that only the originals have been given for me to breathe without me being able to explain them. Usually, the experimentation protocol states that it is the cloned data that must be used. The problem is that each cloned odor is linked to its model: every time I inhaled an odor, at the same time, I emptied the olfactory molecules of their clones, as if the model and its clones worked as one.

Γ111 The clones are but empty shells. The situation is even worse than we thought because inhaling a cloned odor also amounts to emptying the molecules of the model from which it was cloned. It cannot be a sequencing error, it is worse; it is a case of complete interweaving in which spatially separated molecules become physically linked. There have been serious violations of the control rules. X’s answers to little membrane’s questions were vague; he seemed ill at ease. He will probably be deactivated. Was it deliberate or was it a mistake? What I have already breathed no longer exists; only my memories of these chemical molecule blends remain. And they are very fragile; I can only really recall them by breathing new odors. Those that have not yet been inhaled cannot be duplicated in a non-interweaved way, we do not know how to do it, at least, not with the technologies we have. I was told to inhale the rest before our departure.

E3

___

A capsule made of osmium, with a diameter of 13 cm, was found in 2004 inside the segment of the P6 girder of the International Space Station. Its core was hollow. What at first glance seemed like very light bumps on the inside of the cavity turned out to be microscopic hieroglyphs. The different radiometric dating processes made on the capsule estimate it was made several hundreds of thousands of years ago, which, of course, causes a problem: it describes a solar system that matches ours in every aspect and the recounted events occurred after its destruction.

The text does not seem to be a report but maybe what could be a journal, seeing as it contains very personal accounts. But it could also be something completely different; a poetic text for instance. The units of measure are precise; they were converted from those describing our own solar system.

Even though the translation of these hieroglyphs required several years, their meaning cannot be completely guaranteed. There is no Rosetta Stone, no certainty. But, to this day, there has been no successful attempt at translation. Professor Abigail Williams claims it is a medicine handbook, but, for now, she has provided no proof of this.

The quotes opening each chapter are the translator’s work. They may be skipped.

  1. Heraclitus reported by Aristotle in Meaning, V, 443, 23.
  2. Arthur Miller, After the Fall
  3. Wikipedia page on the International Space Station

E4

_

PAS DE POUSSIERE

Traduit par Benoît Durandin / english version

Extrait du catalogue de Michaël Sellam “Science, fiction, culture, capital” / 2014

FUMÉE
Si toutes les choses devenaient fumée, c’est par les narines que nous les connaîtrions.

A12 Le trou noir avait une taille moyenne d’environ 4 kilomètres de diamètre, sa masse était anormalement élevée, c’est ce qui nous avait mis sur sa trace. Sa couleur rousse indiquait qu’il était arrivé à maturité.

A17 A son approche, pour éviter d’être aspirés, nous avons mis en place une procédure de retournement de gravité (ndt: suit ce qui semble être la description d’une procédure complexe qui ne fait aucun sens une fois traduite). Le trou noir s’est effondré rapidement. La procédure, bien que dangereuse, était adaptée, elle a parfaitement fonctionné.

A24 Les trous noirs sont une bénédiction pour les archéologues (ndt: littéralement «ceux qui hument les poussières», la suite du texte nous invite à penser que le terme archéologue est le plus approprié)

A 37 C’est un système solaire entier qui a été gobé par ce trou noir. Toutes les énergies qui se trouvaient dans ce système solaire à l’instant où il a été aspiré s’y trouvent prisonnières sous forme de charges électriques. Elles se trouvent en mouvement autour de sa singularité (ndt: centre du trou noir). Il n’y a pas de poussière, juste des champs électromagnétiques.

A 39 Personne à bord ne sait encore que je suis volontaire pour la procédure de respiration à l’exception de petite membrane (ndt: un surnom probablement, la traduction de ce passage est controversée du fait que c’est la première note personnelle du texte).

A 45 Les énergies se trouvent consignées sous la forme de radiations fossiles. Les plus petites énergies, qui se trouvent être les plus nombreuses, génèrent beaucoup de bruit parasite. Nous en avons déjà récolté 10567 filaments. Un premier tri est fait entre les différentes énergies. Elles seront ensuite passées dans un grand entonnoir magnétique (ndt: nom d’un outil ou d’une machine) qui les réorganisera.

A48 Les énergies sont en train d’être transformées de façon irréversible en odeurs (ndt: nous ne pouvons garantir qu’il s’agit bien d’odeurs comme nous les connaissons, mais toutes les traductions aboutissent à une même idée: fragrance, parfum, émanation) selon la méthode de Bruit-Absurde (ndt: littéralement, peut-être 2 noms accolés).

F1

VENTILATION
C’est comme essayer de convoquer l’odeur de roses dans une cave. Vous pourriez voir une rose, mais jamais son parfum

Β 12 Si j’ai pu me porter volontaire pour faire parti de cette mission, c’est en raison du développement anormal de mes branchies fossiles. Cette hypertrophie ne touche qu’un infime partie des W (ndt: intraduisible, probablement le nom de l’espèce intelligente auquel le narrateur appartient), ce qui me qualifiait pour l’être, je n’ai pas de grand mérite. De toute façon si je ne m’étais pas porté volontaire j’aurais été commis d’office du fait de ma singularité.

Β 14 Le protocole auquel je vais être soumis n’est pas sans risque, il y a de fortes chances qu’une partie de ses effets puissent être permanents. Je ne sais pas pourquoi cela ne me soucie pas, je pourrais perdre mon (incompréhensible) dans le processus. Je crois que tout ce que j’ai imaginé et construit autour de cette différence honteuse (ndt: son hypertrophie probablement) n’a jamais été qu’une façon de trouver des origines à mon malaise. Et par une ironie féroce, c’est elle qui aujourd’hui me permettra peut-être de mettre à bas toutes ces théories stupides sur nos origines. J’y vois la possibilité de me venger contre tous ces (incompréhensible) et de les punir pour leur (incompréhensible). Ma difformité est devenu l’outil de ma (incompréhensible).

Β 19 Les tris effectués en suivant la méthode de Bruit-Absurde sont terminés ; 127k paquets d’effluves sont prêts. Dans deux cycles je vais pouvoir commencer à les inhaler. Je respire des artefacts régulièrement depuis quelques temps de façon à ce que mes synapses s’ouvrent et à ce que les risques de rejets soient limités. Le M (ndt: peut-être docteur ou scientifique) me suit maintenant. Je n’ai plus le droit de communiquer qu’avec lui.

Β 20 J’ai sniffé ma première dose. Dans un premier temps je n’ai ressenti aucun effet. Les scanners indiquent cependant que la réaction de mes muqueuses a été immédiate, elles se sont dilatées plusieurs fois de façon régulière sans que je ressente de douleur. Les neurones sollicités ont commencé à créer des connections entre-eux.

Β 24 J’ai maintenant identifié ce qui nous intéresse. Ce sont ces odeurs parasites. Elles semblaient se concentrer principalement sur trois planètes de ce système solaire au moment où celui-ci a été aspiré. Beaucoup d’odeurs qui me parviennent montrent une activité grouillante. Il n’y a aucun doute que celles-ci ont une origine artificielle et soient le fait d’intelligences, même si celles-ci semblent moyennes.

Β 84 Je commence à percevoir des objets. Pour certains, la succession d’opérations neuronales, de transfert d’énergie et de transformation moléculaires nécessaires à leurs fabrications semblent tout simplement prodigieux. J’ai peine à comprendre tant de tâtonnements. Je pense à des rites ou des jeux.

F2

EXPIRATION
La nourriture épicée a généralement la préférence des astronautes car, en l’absence de gravité, les senteurs ne montent plus jusqu’aux muqueuses du nez et le sens du goût disparaît en grande partie.

Γ 63 L me dit sur le ton de la blague que je pourrais bien avoir sniffé mes ancêtres. Cet imbécile ne sait pas que c’est bien possible. Sous couvert de recherches sur les énergies fossiles, ce sont bien les origines de notre matérialité-fossile que nous recherchons. Seule l’équipe scientifique en est avisée pour le moment. Y et Z le sauront quand le protocole sera lancé. Les W défendent l’idée que nos origines sont immatérielles et que notre enveloppe corporelle ne s’est développée que par la suite. Et comme cela a été érigé en (ndt: peut-être quelque chose comme un dogme ou une croyance absolue), nous ne pouvions exposer le véritable but de cette mission sous peine de nous la voir interdire.

Γ 67 Plus les doses augmentent, plus je me sens fatigué. Je ne pense pas que ce soit le fait de renifler qui me fatigue mais plutôt le travail de mémoire et de combinaisons incessantes que je dois effectuer pour agencer toutes ces odeurs. Les combinaisons semblent infinies, si certaines ne m’évoquent rien, d’autres semblent plus familières. Ce qui m’indispose le plus, c’est leur puanteur, je n’arrive pas à m’y habituer.

Γ 68 Je sniffe maintenant depuis 32 cycles des effluves. X effectue des traductions formelles des odeurs que j’identifie ou crois identifier. Des mouvements, des formes, des forces physiques, des transformations de matières continuent à se matérialiser dans ma membrane (ndt: peut-être s’agit-il de son entité physique). Je ne comprends plus ce que nous cherchons, la tâche semble impossible. Comment pourrions-nous reconstituer ne serait-ce qu’une infime partie de ces trajectoires? X croit y détecter des assemblages de glucides, des protéines, des enzymes, des neurones (ndt: des dessins de molécules nous ont permis de traduire ces mots avec exactitude). Je ne sais pas quoi en penser. J’ai peur de m’être trompé, le processus repose tellement sur ce que je crois y reconnaître ou pire encore, sur ce que j’ai envie d’y reconnaître.

Γ 87 Du fait des prises répétées, mes muqueuses sont devenues dans un premier temps douloureuses, pour ensuite s’obstruer de façon systématique lors de chaque séance. Des nanoparticules opérant des lavements artificiels vont m’être implantées, et si cela ne suffit pas, des neurones olfactifs seront synthétisés et déversés en flots continus sur les muqueuses pour forcer le renouvellement. A terme, mes muqueuses ne pourraient plus être qu’un assemblage de cellules en état de mort-clinique et maintenues artificiellement en fonction.

Γ 94 Mes muqueuses peuvent maintenant supporter 18.000 dilatations par nanoseconde.

Γ 103 Ce sont les énergies que je sens maintenant à travers les odeurs. Ce qui me trouble, c’est l’absence de finalité apparente, la répétition infinie des mêmes cycles. Leur sens m’échappe complètement. Je me perds des sessions entières à humer des quantités phénoménales d’odeurs.

Γ 107 Plusieurs cycles que je n’ai pas consigné les avancements du projet. Il est au point mort. Chaque odeur avait été clonée, jusqu’à 12 fois pour celles qui semblaient les plus riches. Il apparaît que seules les originales m’ont été données à respirer sans que je puisse me l’expliquer, normalement le protocole d’expérimentation stipule bien que ce sont les données clonées qui doivent être utilisées. Le problème c’est que chaque odeur clonée est liée à son modèle: à chaque fois que j’inhalais une odeur, je vidais en même temps les molécules olfactives de ses clones, comme si le modèle et ses clones ne faisaient qu’un.

F3

Γ 111 Les clones ne sont que des coquilles vides. La situation est encore pire que nous ne le pensions puisqu’inhaler une odeur clonée revient aussi à vider les molécules du modèle à partir de laquelle elle a été clonée. Ce ne peut pas être une erreur de séquençage, c’est plus grave, c’est un cas d’intrication totale dans lequel des molécules séparées spatialement se trouvent liées physiquement. Il y a eu de graves manquements aux règles de contrôle. Les réponses de X aux questions de petite membrane ont été obscures, il semblait mal à l’aise. Il va probablement être désactivé. Était-ce délibéré ou le fait d’une erreur ? Ce que j’ai déjà respiré n’existe plus, seule reste ma mémoire de ces assemblages de molécules chimiques. Et encore elle est très fragile, je ne la retrouve vraiment qu’en respirant de nouvelles odeurs. Celles qui ne l’ont pas encore été ne peuvent pas être dupliquées de façon non-intriquées, on ne sait pas le faire, du moins pas avec les technologies dont nous disposons. On m’a dit d’inhaler ce qui reste avant que nous partions.

F4

___

Une capsule faite d’osmium d’un diamètre de 13cm a été retrouvée encastrée en 2004 dans le segment de la poutre P6 de la station spatiale internationale . Elle était creuse en son centre. Ce qui au premier regard ressemblait à de très légères aspérités sur les parois de la cavité se sont révélées être de microscopiques hiéroglyphes. Les différentes datations radiométriques effectuées sur la capsule date sa fabrication de plusieurs centaines de milliers d’années, ce qui pose évidemment problème: un système solaire y est décrit, il correspond en tout point au nôtre et les événements relatés sont postérieurs à sa destruction.

Le texte ne semble pas être un rapport mais peut-être ce qui pourrait être un journal, du fait de certaines considérations très personnelles qui s’y trouvent consignées. Mais il est possible que ce soit tout autre chose, un texte poétique par exemple. Les unités de mesures sont précises, elles ont été converties à partir de celles décrivant notre système solaire.

Même si la traduction de ces hiéroglyphes a demandé plusieurs années, le sens n’en est absolument pas assuré. Pas de pierre de Rosette, pas de certitude. Mais il n’existe à ce jour pas d’autres tentatives de traduction qui aient abouti. Le professeur Abigail Williams prétend que c’est un traité de médecine sans qu’elle en ait pour le moment apportée la moindre preuve.

Les citations en tête de chapitre sont le fait du traducteur. Passez dessus.

  1. Héraclite rapporté par Aristote dans Du sens, V, 443a.23
  2. Arthur Miller, Après la chute
  3. Page wikipedia sur la Station spatiale internationale